NutriCheck

Le NutriCheck peut mettre en évidence d’éventuelles carences et/ou surcharges qui pourront alors être corrigées.

Equilibre alimentaire Fatigue

Qu’est-ce que le NutriCheck ?

Complémentaires des « macro-nutriments » (glucides, lipides, protides et fibres), les « micro-nutriments » sont tout aussi indispensables à un bon équilibre alimentaire.

Le NutriCheck permet de mettre en exergue des carences ou surcharges en micronutrition, mais aussi de mesurer l’impact d’un changement de régime alimentaire et l’efficacité de mesures diététiques.

Que peut-on attendre des résultats du NutriCheck ?

Le NutriCheck permet une évaluation du statut en vitamines et minéraux, mais aussi en oligo-éléments et acides gras essentiels. Lorsqu’un bilan classique n’a pas mis en évidence de perturbation particulière, il peut suggérer l’existence d’éventuelles carences et/ou surcharges qui pourront être corrigées, permettant ainsi d’intervenir avant que ne survienne une pathologie. Il permet aussi de suivre l’impact d’un régime et/ou d’une supplémentation, qui doivent être accompagnés pour en éviter les effets potentiellement délétères.

A qui s’adresse le bilan NutriCheck ?

Le NutriCheck s’adresse à tous (adolescent, femmes enceinte ou allaitante, sportif, personne âgée…) mais peut être plus particulièrement conseillé dans les cas suivants :

  • optimisation d’un régime alimentaire,
  • fatigue physique ou morale (état dépressif),
  • infections à répétition,
  • prévention du vieillissement,
  • environnement délétère (pollution, radiations, excès d’UV…),
  • adaptation au mode de vie : sport, ménopause, stress…

Les paramètres du bilan

Albumine, Préalbumine, Vitamine A, Vitamine E, Vitamine D, Ferritine, Cuivre, Zinc, Sélénium, Statut en acides gras érythrocytaires, Homocystéine

En savoir plus sur le bilan NutriCheck

Pourquoi le bilan NutriCheck inclut-il spécifiquement ces paramètres ?

Le NutriCheck réunit des paramètres permettant l’évaluation de l’état nutritionnel et micronutritionnel d’un patient désireux d’optimiser cet état ou de rechercher de possibles causes alimentaires à des symptômes inexpliqués.

On y trouve les dosages

  • de la ferritine, témoin des réserves en fer de l’organisme et indicateur d’une possible inflammation de haut grade,
  • la vitamine D, paramètre majeur de par ses multiples implications (santé ostéoarticulaire mais aussi immunité, inflammation, humeur, cognition…)
  • de l’homocystéine, acteur majeur des processus de méthylation indispensables au métabolisme cellulaire, dont le taux peut refléter une carence en vitamines B6, B9 ou B12,
  • de l’albumine, principale protéine circulante de l’organisme et témoin de l’apport protéique alimentaire en particulier,
  • de la préalbumine, marqueur de dénutrition fiable et précoce,
  • des oligoéléments cuivre, zinc et sélénium, ainsi que les vitamines A et E, acteurs de la protection anti-oxydante et cofacteurs de très nombreuses réactions enzymatiques indispensables à un métabolisme satisfaisant,
  • des différentes fractions du profil en acides gras érythrocytaires, permettant d’évaluer l’impact des apports lipidiques sur l’équilibre des acides gras polyinsaturés omega-6/omega-3, fondamental dans l’homéostasie structurelle et anti-inflammatoire de l’organisme.

Pour aller plus loin…

Ubbink JB. The effect of blood sample aging and food consumption on plasma total homocysteine levels. Clin Chim Acta. 1992;207(1-2):119-128.

Bach‐Ngohou, Évaluation clinico‐biologique de la dénutrition . Annales de Biologie Clinique. 2004;62(4):395-403.

Thurnham DI. Inflammation and biomarkers of micronutrient status. Curr Opin Clin Nutr Metab Care. 2016;19(6):458-463.

Arnold LE. Omega-3 Fatty Acid Plasma Levels Before and After Supplementation: Correlations with Mood and Clinical Outcomes in the Omega-3 and Therapy Studies. J Child Adolesc Psychopharmacol. 2017;27(3):223-233.