FertiCheck Femme

Le FertiCheck s’adresse aux femmes en désir de conception, qui souhaitent être accompagnées dans l’optimisation de leur fertilité.

Fertilité

Qu’est-ce que le FertiCheck Femme ?

Avoir une alimentation variée, afin de bénéficier des apports suffisants en (micro-)nutriments, fait partie des éléments clés pour optimiser la fertilité féminine, qu’il s’agisse des processus liés aux cycles hormonaux, à l’ovulation, à l’implantation de l’embryon ou aux premières semaines de la grossesse.

Le FertiCheck Femme permet d’identifier si vous êtes dans les conditions optimales pour la survenue d’une grossesse.

Que peut-on attendre des résultats du FertiCheck Femme ?

Le FertiCheck Femme permet d’établir si votre statut micronutritionnel est favorable à la survenue d’une grossesse. Il contrôle aussi l’équilibre du rapport oméga 6/oméga 3 essentiel pour assurer la fécondation, l’implantation de l’embryon et les premières étapes de son développement.

Toutes ces informations vous permettront de prendre une décision éclairée, quant à la modification de votre régime alimentaire ou la prise de vitamines.

A qui s’adresse le FertiCheck Femme ?

Ce bilan s’adresse à toutes les femmes en désir de grossesse, et particulièrement en accompagnement d’une éventuelle complémentation :

  • avant, afin de permettre son adéquation avec les besoins identifiés,
  • pendant, afin de contrôler son efficacité,
  • après, pour vérifier ses bénéfices.

Les paramètres du bilan

CRP Ultrasensible, Magnésium, Zinc, Sélénium, Cuivre, Vitamine A, Vitamine E, Homocystéine, Coenzyme Q10, Vitamine B9 érythrocytaire, Vitamine D, Ferritine, T3 Libre, Statut en acides gras érythrocytaires

En savoir plus sur le bilan FertiCheck Femme

Pourquoi le bilan FertiCheck Femme inclut-il spécifiquement ces paramètres ?

Le FertiCheck Femme réunit des paramètres essentiels dans l’optimisation de la fertilité féminine, de la gamétogénèse jusqu’aux premiers stades de l’embryogénèse. On y retrouvera ainsi les résultats des dosages

  • de la CRP ultrasensible, dont l’élévation traduit l’existence d’une inflammation de bas grade, toujours délétère et en particulier dans ce contexte,
  • du magnésium, cofacteur de nombreuses réactions enzymatiques et impliqué dans les processus épigénétiques fondamentaux aux différents stades de multiplication cellulaire qui accompagnent les différentes étapes de la reproduction,
  • de la vitamine D, aux implications multiples pour les métabolismes cellulaires et dont le taux, classiquement en déficit dans la population générale, peut être facilement corrigé,
  • de la ferritine, témoin des réserves de l’organismes en fer, cofacteur des hydroxylases, indispensable dès la phase préconceptionnelle qui nécessite des réserves énergétiques suffisantes et des métabolismes optimisés,
  • de la T3 libre, forme biologiquement active des hormones thyroïdiennes et dont le taux dépend étroitement de la conversion de la T4 libre, elle-même conditionnée par une quantité suffisante de cofacteurs dont, notamment, fer, zinc, vitamines A et D qui sont présentes dans ce bilan,
  • des oligoéléments cuivre, zinc et sélénium, ainsi que des vitamines A et E, acteurs de la protection anti-oxydante, nécessaire face au stress oxydatif majeur qui accompagne ces premières phases,
  • de l’homocystéine, acteur majeur des processus de méthylation indispensables au métabolisme cellulaire, dont le taux peut refléter une carence en vitamines B6, B9 ou B12,
  • plus particulièrement des folates érythrocytaires, garants du taux circulant de vitamine B9, indispensable en périconceptionnel et en prévention du risque de déficit de fermeture du tube neural en tout début de grossesse,
  • du coenzyme Q10, antioxydant fondamental de l’organisme et protecteur de l’organisme contre les attaques des radicaux libres,
  • des différentes fractions du profil en acides gras érythrocytaires, permettant d’évaluer l’impact des apports lipidiques sur l’équilibre des acides gras polyinsaturés (AGPI), composant fondamental de l’acrosome du spermatozoïde.

Pour aller plus loin...

Juan-Felipe Velez de la Calle. Micronutrition et troubles de la fertilité féminine : quels sont les éléments indispensables ? Médecine de la Reproduction. 2017;19(2):153-156.

Poppe K, Velkeniers B. Thyroid disorders in infertile women. Ann Endocrinol (Paris). 2003;64(1):45-50.

Elizabeth H. Ruder, Oxidative stress and antioxidants: exposure and impact on female fertility, Human Reproduction Update, Volume 14, Issue 4, July-August 2008, Pages 345–357.

Margit Laanpere, Folate-mediated one-carbon metabolism and its effect on female fertility and pregnancy viability, Nutrition Reviews, Volume 68, Issue 2, 1 February 2010, Pages 99–113.

Ford JH, Tavendale R. Analysis of fatty acids in early mid-life in fertile women: Implications for reproductive decline and other chronic health problems. Am J Hum Biol. 2010;22(1):134-136.